Le sénat français déplore un manque de vision stratégique pour la qualité de l’air

Selon le sénat français « la difficile mise en œuvre de la directive sur la qualité de l’air résulte d’une action nationale peu ambitieuse, d’une gouvernance complexe et de financements éclatés et insuffisants. » Bien que la qualité de l’air soit devenue une réelle occupation de la politique française, la multiplicité d’outils de planification ainsi que le manque de financements seraient des raisons pour lesquels la qualité de l’air ne s’améliore pas sur le long terme. D’après ce rapport, l’accompagnement par l’Etat des collectivités ne serait pas suffisant afin d’appliquer les mesures envisagées. Tant que ces problèmes ne sont pas résolus, les restrictions de circulation continuent de s’imposer aux conducteurs de véhicules.