Les procédés de mesure de la qualité de l’air doivent être améliorer

L’Agence française de sécurité sanitaire préconise dans un rapport publié le 30 mai que de nouveaux procédés de mesure et d’information sur la qualité de l’air soient mis en place en France. Les taux limites de présence de particules fines dans l’air, à partir desquels le gouvernement est tenu d’informer la population, devraient être revu à la baisse, selon l’agence. La limite actuelle, fixée à 40µm/m³ en moyenne, devrait ainsi être rapproché des 20µm/m³ préconisé depuis 2005 par l’OMS.