Présidentielles 2017 : ce que prévoient les finalistes contre la pollution de l’air

Les français sont invités à se prononcer sur le choix du prochain Président de la République le 7 mai prochain. Les deux candidats présents au second tour présentent naturellement une vision différente de la politique environnementale à suivre. Alors que la populiste de droit Marine Le Pen propose une politique « d’écologie patriote » consistant avant tout à préserver l’indépendance énergétique de la France, parfois au détriment de la santé publique ou de la sûreté nucléaire, le candidat socio-libéral Emmanuel Macron s’engage lui dans une transition énergétique progressive, position partagée par la plupart des Etats de l’Union européenne, où la lutte contre la pollution atmosphérique tient une place significative.